17 juin 2011

La vieille mendiante

La classe est presque terminée. Paul Tessier commence à s'impatienter. Il mordille son porte-plume et regarde du coin de l'oeil l'hologe pendue au mur. Mon Dieu ! comme elles vont lentement, ces aiguilles !Ding ! Ding ! Ding ! Ding ! dit enfin la pendule. Drelin din din ! Drelin din din ! répond la grosse cloche de la cour. Quatre heures ! Les pieds s'agitent sous les tables ; on ferme à grand bruit les cahiers ; et Paul Tessier se précipite dans la rue, au milieu de ses camarades qui rient, qui crient et se bousculent à la sortie.Une... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 14:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 juin 2011

La vache perdue

Dans certaines provinces où s’attarde l’esprit des siècles passés, la superstition règne encore chez les paysans comme à l’époque indéfinie que l’on est convenu d’appeler « le bon vieux temps », bien qu’il ne dût guère mériter ce nom si nous en croyons l’HistoireSous ce rapport, les campagnes bretonnes et normandes vivent en plein Moyen-Âge. Les farfadets, les korrigans et les follets sont de petits lutins constamment mêlés à la vie intime du paysan. L’un de ces malins esprits, par exemple, est spécialement préposé aux tartines :... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 19:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 juin 2011

La fin du royaume des fées

En lisant les contes merveilleux, ne vous est-il jamais arrivé de vous demander pourquoi les fées qui, autrefois, accomplissaient tant de merveilles, suscitaient de si invraisemblables aventures, n’existent plus.Les conteurs, en effet, ont oublié de vous dire comment finit ce royaume de la féerie, par quel événement nous avons été privés de l’intervention surnaturelle des génies.Je veux vous le conter aujourd’hui.Il y avait une fois un prince d’Andalousie, très jeune et très beau nommé Guzman. Il devait épouser sa cousine, la... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 mai 2011

Propre à rien

Personne n'était plus connu des habitants de la rue de Charonne que le fils du "père Lucas", le petit Luc, comme on l'appelait, quand on parlait de lui gentiment, ou "propre à rien" si on voulait caractériser sa vocation. Mais on aurait pu aussi le surnommer "propre à tout", car il n'était rien qu'il ne fût capable de faire, à condition seulement que cela entrât dans sa petite idée.Il était évident, pour quiconque regardait cette tête ébouriffée, au front bombé, aux yeux vifs, aux joues un peu pâlottes, qu'on rencontrait dans ce... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
21 avril 2011

La mésange bleue

Un jour que je flânais au Jardin des Plantes, en quête d'une distraction quelconque, mon attention fut attirée par les mouvements d'un petit enfant, fort bien habillé, qui, avec une sollicitude qui m'étonna, donnait à manger aux petits oiseaux. Son père, un vieillard, lui achetait de temps à autre un gâteau ; et il l'émiettait le long des allées à la grande joie de la gent volatile.Après un rapide examen de l'enfant, il me fut facile de saisir, sur sa petite figure, une expression de douleur indéfinissable. Me doutant qu'il avait dû... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 15:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 avril 2011

Le renard et le corbeau

Maître Corbeau tenait dans son bec un fromage, quand maître Renard, survenant, lui tint un discours si flatteur sur la beauté de sa voix, que l'orgueilleux oiseau ouvrit son bec, pour la faire entendre, et laissa tomber sa proie.Dès que le renard se fut enfui en emportant le fromage qu'il venait de happer, l'oiseau se mit en grande colère. Il cria : "Au voleur !" voleta tout autour du trou où le renard s'était caché, mais en vain : le malin quadrupède était entrain de faire un repas délicat et se souciait fort peu de tous les cris de... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 avril 2011

Le génie des montagnes

On approchait de l'époque à laquelle, chaque année, les oiseaux du Nord émigrent vers le Sud, en traversant les hautes montagnes. Le Génie qui les gouverne était tout pensif : tous les ans malgré les ordres très sévères qu'il publiait, un véritable massacre d'émigrants avait lieu. Le peuple toujours rebelle des aigles, des éperviers, des milans et des gerfauts trouvait sans cesse de nouveaux prétextes pour désobéir. Une année, les rapaces inventèrent que le rossignol s'était moqué d'eux ; une autre fois, qu'une grande troupe... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 12:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
31 mars 2011

La pincette et le soufflet

Tout en haut de l'une des rues les plus raides de la ville se trouve la coquette maison de Melle Marthe Davinat, une aimable septuagénaire que les rhumatismes clouent dans son fauteuil, la plus grande partie de l'année.Cette fois, la crise douloureuse a été si forte que la malade a pensé un moment être arrivée à sa dernière heure. Malgré la grande chaleur, elle demeure là, entourée de châles, et songe tristement au temps où son neveu, Albert, un orphelin qu'elle élevait tendrement, emplissait la maison de ses rires de ses cris joyeux.... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
28 mars 2011

Le casseur de pierres

Jadis vivait, dans un pays lointain (la légende assure que c'était au fond de la Perse), un pauvre casseur de pierres qui travaillait tout le jour au pied de la rude montagne ombragée, sur ses flancs, de lentisques, de pins et de lauriers.Dès l'aurore, l'homme prenait sa pioche, et il allait frapper le roc le long de la blanche route de Suze à Bagdad.Un soir que la peine avait courbé son échine et qu'il sentait peser la vie sur ses épaules, le pauvre casseur de pierres vit passer sur le chemin, regagnant son lois, le maître d'une... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
23 mars 2011

Airelle et Myrtil

Lorsque Airelle, conduisant les chèvres, arriva à l'orée du bois, elle entendit de grands coups ! hhan ! hhan ! hhan ! suivis de craquements.Elle s'avança un peu pour voir ce que cela voulait dire : elle aperçut un homme qui, de sa hache, frappait sans trêve un vieil arbre touffu : hhan !"Oh, là ! Messire, s'écria-t-elle, vous allez abîmer le roi des chênes.- Le roi des chênes est un chêne, et c'est du bois de chêne que je veux.- Il ne manque pas, Messire, de chênes morts qu'on peut abattre sans regrets.- Ma petite fille, c'est un... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,