05 novembre 2008

Le Lys d'Argent

Ceci se passait il y a bien longtemps, - si longtemps que les hommes en ont perdu le souvenir, - dans des régions très lointaines, - si lointaines que jamais les savants n'en ont parlé dans leurs livres.Dans ce pays était venu s'établir un vieillard de moeurs singulières ; maigre, vêtu d'une longue houppelande grise, il se promenait parfois dans la campagne sans prendre garde aux villageois. Tout en marchant, il se parlait à lui-même, et gesticulait, hochant la tête, remuant les bras. Il passait presque toutes ses journées enfermé... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 octobre 2008

Conte d'Alsace

Sur les rives du Rhin, dans notre vieille Alsace, là-bas, au cher pays vers lequel se tournent tous les yeux dans un regard mêlé de larmes et d'espérances, on a gardé profond et vivace le souvenir de la patrie.Souvent, aux jours de grandes fêtes, les jeunes filles aux longues tresses d'or envient le temps où leurs mères, plus heureuses, étoilaient le large ruban noir d'une cocarde tricolore et, furtivement, prennent la chère relique dans le tiroirs aux souvenirs et l'essaient devant la glace ; mais en cachette, après avoir tiré les... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 octobre 2008

Les Rêves

Trois petits amis eurent une fois chacun un rêve qu'ils se racontèrent ainsi :L'aîné commença : "Je me trouvai, je ne sais comment, dans le jardin du Paradis terrestre. Le parfum des fleurs me pénétrait. Un ruisseau sautillait et glissait entre les roseaux, allant, par cent détours, se perdre dans un verger. Là, les arbres ployaient sous leurs fruits, les branches s'abaissaient devant moi et je n'avais qu'à étendre la main pour me rassasier. Les oiseaux chantaient, invitant au repos pour les écouter. J'étais heureux ; mais en me... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 11:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 octobre 2008

Compère l'Ours et le Renard Roux

De tous temps les renards ont été fourbes et paresseux, mais jamais on n'en vit de plus paresseux et plus fourbe que le Grand Renard Roux. C'était un rusé coquin, capable des plus mauvais tours. Compère l'Ours en fit la triste expérience.Depuis quelques semaines déjà le Renard faisait maigre chère, quand il rencontra un beau matin compère l'Ours."Ah ! bonjour, mon cousin, lui cria-t-il d'un air d'autant plus joyeux qu'il lui savait en réserve un gros fromage et un pot de miel. Comment allez-vous ?-Pas trop mal, répondit en grognant... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 octobre 2008

La Pantoufle de Tag

Conte Norvégien Sten Ekman et sa femme Johanna marchaient lentement, silencieux, la tête basse. Bien paisible, la petite Asta dormait entre les bras de sa mère : ce berceau-là, heureusement, ne pouvait lui être enlevé !Les deux époux venaient de vendre un porc, leur dernier. Quoiqu'ils eussent lutté désespérément contre l'acheteur, il avait fallu céder l'animal à bas prix, à cause de sa maigreur. La somme qu'il rapportait était insuffisante pour satisfaire Stenkil Bjorn, leur propriétaire, qui refusait de les garder un jour de plus... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 octobre 2008

Le buisson qui marche

Un grand-père raconte à son petit-fils, appelé Poum, une aventure qui lui arriva, en Algérie, lorsqu'il était jeune soldat. "Cette nuit-là, conta le grand-père, on me plaça en sentinelle dans un endroit découvert, derrière un roc qui m'abritait. On ne voyait sur la terre noire que de rares bouquets immobiles, des arbustes épineux. Le sergent me dit à voix basse :"Comptez-les ! Combien en voyez-vous ?"Je dis :"Un, deux, trois ; j'en vois trois."Le sergent fit :"Remarquez bien leur place et rappelez-vous... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 août 2008

Une volonté d'enfant

On était en 1786, une troupe joyeuse d'enfants prenait ses ébats sur la grade place d'un village de la Haute-Vienne, nommé Pierre-BuffièrePierre-Buffière. C'était à la sortie de la classe ; déjà les parties s'organisaient, avec les appels et les cris ordinaires. L'un voulait jouer aux billes, l'autre au cheval fondu, un troisième penchait pour les barres. Une fillette de neuf ans, à l'air déjà très raisonnable, qui passait par là, voulut essayer de les mettre d'accord ; mal lui en prit."Holà ! Tiennette ! de quoi te mêles-tu ?... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 15:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 juillet 2008

La goutte d'eau

Vous savez ce que c'est qu'une loupe ? un grand verre rond qui grossit les objets et les fait paraître cent fois plus volumineux qu'ils ne le sont en réalité. Quand on la tient à la main, et qu'on s'en sert pour regarder une goutte d'eau prise dans l'étang, on voit des milliers d'animaux extraordinaires qui s'y meuvent. On ne se douterait pas, à l'oeil nu, de leur présence dans l'eau et pourtant ils s'y trouvent en vie, cela n'admet pas de doute. On dirait une grande terrine pleine de crabes qui montent les uns sur les autres et sont... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 juillet 2008

Cupidité

Il était joyeux, la figure bouffie d'aise, son petit oeil gris pétillant, son crâne ivoirin avait même une teinte rosée qui contrastait avec sa couronne de cheveux très blanc, tant le sang lui affluait aux joues.Il arpentait vivement le petit salon d'acajou, tendu en reps grenat, un meuble laid, affreux, faisant des écarts de poitrine en homme qui a bien gagné sa journée, jetant ça et là des regards dédaigneux sur ces pauvres fauteuils et ces chaises piteuses. Et dans sa promenade impatiente, s'arrêtant tous les dix pas, pour souffler... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 juin 2008

Pour douze oranges

Le 1er novembre 1755, Dona Maria Corazon, la veuve d'un opulent armateur de Lisbonne, assistait, dans les arènes de cette ville, à des courses de taureaux. Assise à l'une des meilleures places, elle suivait avec une attention passionnée les péripéties du dramatique combat. Mais juste au moment où le matador allait enfoncer son épée entre les cornes de la bête - moment solennel et que l'assistance entière attend en frémissant - voilà qu'une petite marchande d'oranges, fillette de treize ans qui se nommait Juana, descendit les gradins... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :