19 mars 2007

Origine du médecin malgré lui

Jadis fut un vilain (on appelait ainsi dans le bon vieux temps tous les habitants des campagnes) qui, à force d'avarice et de travail, avait amassé quelque bien. Cependant, il ne songeait pas à se marier. Ses amis et ses voisin lui en faisaient souvent des reproches : ils se chargèrent de lui trouver une compagne.C'était une jeune demoiselle noble et belle mais fort pauvre, ce qui engagea ses parents à la donner au paysan enrichi. Ce mariage ne fut pas heureux. Le mari devint jaloux et colère ; il battait sa femme au moins trois fois... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2007

Papillonne

Ah ! ça ma fille, s'écria maître Globulus, en piquant sur un bouchon de liège un magnifique papillon encore vivant, n'auras-tu pas bientôt fini de pleurnicher ainsi toute seule, dans ton coin ?...Celle à qui s'adressait cette petite admonestation paternelle n'était autre que Myrtille, une adorable fillette d'une dizaine d'années, dont les yeux clairs et bleus comme un matin d'avril, laissaient, malgré les larmes qui les noyaient, apparaître un regard plein de douleur et de bonté.Les remontrances de son père ne firent qu'accroître le... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 février 2007

Abeille chez le roi des nains

Abeille, fille de la duchesse des Clarides, s'est aventurée loin du château de sa mère. Elle s'est endormie au bord d'un lac, près du royaume des Nains. Les Nains l'ont emporté dans la montagne et l'on conduite devant leur roi. - Roi Loc, lui dirent les Nains, nous t'amenons la belle enfant que nous avons trouvée : elle se nomme Abeille.- Vous faites bien, dit le roi Loc. Elle vivra parmi nous comme le veut la coutume des nains.Puis s'approchant d'Abeille :- Abeille, lui dit-il, soyez la bienvenue.Il lui parlait avec douceur, car... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2007

La pierre qui accuse

Votaire, le plus grand écrivain du XVIII° siècle, fit une guerre inlassable aux injustices de l'ancien régime et aux privilèges de la noblesse et du clergé.Dans le conte de Zadig, il montre un personnage très intelligent et réfléchi, juste et honnête, fort habile à démêler la vérité que tous les hommes cherchent à obscurcir. Arrivé dans sa tribu, Sétoc commença par redemander cinq cents onces d'argent à un Hébreu auquel il les avait prêtées en présence de deux témoins ; mais ces témoins étaient morts ; et l'Hébreu, ne pouvant être... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2007

Le conte de la Fleur

Il y avait une fois un homme et une femme qui avaient une ribambelle d'enfants et peu de chose à leur mettre sous la dent. Ils étaient pauvres comme des rats. Un soir, l'homme dit à la femme :"Que ferons-nous de tous ces marmots ? Nous n'avons rien à leur donner. Il faut aller les perdre."Le lendemain, le père les conduit loin, bien loin au milieu d'un grand bois, et leur dit :"Amusez-vous, je viendrai bientôt vous chercher." Au bout d'un moment passe une belle voiture, avec une belle princesse... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 22:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 février 2007

Pitô

Il y avait une fois un jeune homme qui était le plus brave garçon du monde, mais aussi le plus niais de son village. Âgé de vingt ans environ, il n'avait aucun goût pour le travail ; tout juste était-il bon pour garder le bétail, et c'est pour cela qu'on le mit gardien du troupeau communal.Un jour qu'il gardait les moutons dans une jachère, le long d'un ruisseau, il voit arriver deux hommes. Lorsque ceux-ci furent au bord du ruisseau, ils n'osèrent pas le franchir car il avait été grossi par l'orage. Alors l'un d'eux dit à Pitô... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2007

La broderie de Militine (suite et fin)

Aprés avoir écouté les instructions, Militine sortit donc du palais dès l'aurore pour gagner la montagne voisine. Tout au sommet, un ruisseau coulait à l'ombre de grands arbres. La princesse en compta huit, nombre de ses prétendants refusés, et, se penchant au pied du neuvième, elle toucha de ses lèvres l'onde fraîche."Fée du Clair-Ruisseau, voulez-vous m'écouter ?" dit-elle.Aussitôt, toute souriante et couronnée de cheveux verts, la fée sortit à demi de l'eau? Elle jeta une brindille dans le courant avant de répondre :... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2007

La broderie de Militine

Dans un pays charmant, dont l'histoire ne nous a pas conservé le nom, vivait jadis un vieux roi appelé Florimond, adoré de son peuple et de ses filles, quatre princesses jeunes et gracieuses, que leur père rêvait de marier à des princes accomplis, capables de les rendre parfaitement heureuses.Le rêve du bon père sembla d'abord se réaliser : trois princes, héritiers des royaumes voisins, demandèrent la main des trois aînées : Blanche-Epine, Pivoine et Muguette. Comme, dès le jour de leurs fiançailles, les princesses ne tarirent pas... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 18:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2007

La Belle aux Cheveux d'Or (fin)

Il alla droit au palais ; il présenta la fiole à la Belle aux Cheveux d'Or, qui n'eut plus rien à dire : elle remercia Avenant, et donna ordre à tout ce qu'il lui fallait pour partir ; puis elle se mit en voyage avec lui. Elle le trouvait bien aimable, et elle lui disait quelquefois : "Si vous aviez voulu, je vous aurais fait roi ; nous ne serions point partis de mon royaume." Mais il répondit : "Je ne voudrais pas faire un si grand déplaisir à mon maître pour tous les royaumes de la terre, quoique je vous trouve plus... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2007

La Belle aux Cheveux d'Or (suite2)

Enfin, il arriva proche du château de Galifron ; tous les chemins étaient couverts d'os et carcasses d'hommes qu'il avait mangés ou mis en pièce. Il ne l'attendit pas longtemps, qu'il le vit venir à travers bois. Sa tête passait les plus grands arbres, et il chantait d'une voix épouvantable : Où sont les petits enfants,Que je les croque à belles dents ?Il m'en faut tant, tant et tant,Que le monde n'est suffisant. Aussitôt Avenant se mit à chanter sur le même air : Approche : voici Avenant,Qui t'arrachera les dents.Bien qu'il... [Lire la suite]
Posté par choupanenette à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]