Le 3 avril 1817, au soir, une jeune femme au bord de l'épuisement cogne à la porte du prêtre du village d'Almondsbury, dans le Gloucestershire, en Angleterre. Elle ne parle pas l'anglais et ses vêtements exotiques, en haillons, lui donnent un air asiatique. Ne sachant que faire de cette jeune fille, le prêtre l'emmène chez son ami, le magistrat Samuel Worrall.
Worrall et sa femme hébergent la mystérieuse inconnue pour la nuit, et le lendemain, ils l'interrogent sur les diverses circonstances qui l'on amenée en ce lieu.
Elle répond, par signes et gestes, qu'elle s'appelle Caraboo, qu'elle est une princesse d'Extrême-Orient. Kidnappée par des pirates, elle a été ensuite vendue au capitaine d'un navire partant pour l'Eutope. Une fois le bateau arrivé en Angleterre, elle s'évade et se met à errer dans les campagnes, en mendiant sa nourriture. 
Les Worrall décident de s'occuper de Caraboo en attendant de résoudre le mystère.
Le comportement de la jeune fille est en effet étrange. Elle veut absolument faire sa propre cuisine, ne mange de la viande que rarement, et ne boit que du thé et de l'eau. N'aimant pas dormir dans un lit, elle préfère se coucher par terre. Elle met des plumes dans ses cheveux et se promène dans le jardin en tapant sur un tambourin. Elle saute souvent dans lac tout habillée ; on la trouve une fois perchée en haut d'un arbre - avec un arc et des flèches.
La nouvelle de l'hôte exotique des Worrall se répand dans la région. Des hommes qui ont voyagé en Extrême-Orient viennent l'interviewer et observer son comportement étrange. Bien que son langage soit du charabia pour tout le monde, on s'accorde pour supposer qu'elle vient des Indes orientales.
Une fausse princesse
Peu après, Mme Worrall entre en contact avec une certaine Mme Neale, de Bristol, qui a lu l'histoire de Caraboo dans le journal. Celle-ci trouve que Caraboo ressemble étrangement à une de ses anciennes logeuses, Mary Baker. Interrogée par Mme Worrall, la jeune fille avoue la tromperie et révèle sa véritable identité.
La vraie histoire de Caraboo est presque aussi remarquable que l'imaginaire. Née Marie Willcocks, d'une famille pauvre du Devon, elle commence à travailler dès l'âge de huit ans. Comme on la maltraite, elle s'enfuit de chez elle à seize ans. Avec une bande de gitans, dont elle prendra les habitudes et les vêtements bizarres, elle voyage jusqu'à Londres.
Désertion et déguisement
A Londres, Mary fait la rencontre d'un homme qui a beaucoup voyagé, du nom de Bakerstendht, et l'épouse (elle abrègera le nom en Baker). C'est de son mari qu'elle apprendra les bribes d'arabe et de malais qui forment la base de son langage bizarre.
Lorsque Bakerstendht la quitte après quelques mois seulement, elle se retire dans un monde imaginaire, pour se déguiser finalement en princesse orientale.
Mme Worrall est touchée du récit des malheurs de Mary, la jeune fille ayant exprimé le désir de partir aux Etats-Unis, la bonne dame lui offre le voyage, la confiant à un groupe de missionnaires.
Mais en route, le navire passe devant Sainte-Hélène, l'île où vit en exil Napoléon Bonaparte, après sa défaite à Waterloo. Mary redevient alors Caraboo, vole un bateau et s'enfuit de l'île. Selon la rumeur, l'ancien empereur fut enchanté par elle et la prit pour compagne.
On n'entendra plus jamais parler de la mystérieuse Caraboo. Une rumeur, quelques années plus tard, affirmera qu'elle est retournée à Londres et qu'elle gagne sa vie en vendant des sangsues.