Un bon paysan de la Camargue devait payer, au siècle dernier, la dîme à l'archevêque d'Arles, et, pour se rendre son seigneur favorable, il lui envoya, aux époques de Noël, une belle anguille d'eau douce.Janvier2013_001
Le drôle qui devait la porter prit donc le panier où l'animal était bien emballé, dans de l'herbe, et il s'achemina vers le palais archiépiscopal.
L'anguille est un poisson qui ne meurt pas en sortant de l'eau ; celle-ci reprit sa liberté par les fentes du panier mal fermé.
Le porteur arrive devant l'archevêque, pose son fardeau à terre et fait un grand salut à sa Grandeur, en lui présentant la lettre dont il était chargé ; puis il s'agenouille auprès de son panier et cherche inutilement dans les herbes. 
Il chercha tout le temps que le prélat lut la lettre et jusqu'au moment où l'archevêque s'écria :
- Ah ! ton maître est un brave homme : il m'envoie ici une énorme anguille.
Le pâtre lève la tête tout ahuri, et lui répond :
- Ah ! l'anguille est dans la lettre ? que Dieu soit loué ! je la cherchais dans le panier...

A. B.