janvier2012_003Les premières lueurs du soleil levant venaient illuminer les hautes collines ; lentement l'astre éclatant s'éleva dans l'espace, et bientôt ses rayons inondèrent de leur clarté la plaine rocailleuse : c'était une vaste prairie de la Palestine, nue et sévère, où de maigres oliviers croissaient ça et là au milieu d'une herbe rare.
Un jeune berger y faisait paître les brebis de son maître ; l'enfant se nommait Isaac, et ses parents étaient pauvres ; aussi passait-il de longues journées au pâturage, où il amenait son troupeau bien avant le lever du soleil. Dans son bissac, il portait pour ses repas une nourriture frugale : du pain bis et de l'eau dans une gourde. Comme compagnons, il avait son chien et sa flûte, et, durant de longues heures, rêvant aux miracles qu'accomplissait le Christ, il adorait la loi du Seigneur. Et, devant l'astre radieux, le pâtre s'agenouilla, selon la coutume ; il prononça sa prière, courte et fervente, ne voulant rien pour lui, mais demandant pour ses parents l'aisance qu'ils ne possédaient pas, et dont leur vieillesse si défaillante aurait eu tant besoin.
Or le soleil avait accompli sur l'horizon le quart de sa course, lorsque Isaac aperçut dans le lointain la silhouette d'un homme qui semblait s'approcher. Il le regarda attentivement, car les voyageurs étaient rares ; l'étranger s'avançait toujours, et bientôt il arriva près du berger. C'était un vieillard qui paraissait souffrir de la fatigue et de la chaleur ; l'enfant se leva et le salua.
"J'ai faim !" dit alors le vieillard d'une voix sombre.
Isaac sortit de son bissac le pain qui devait suffire à sa journée :
"Tenez, dit-il, je suis jeune et je mangerai plus tard."
Le voyageur prit le pain sans prononcer une parole, et se remit en route ; l'enfant le regarda s'éloigner : ce qu'il venait de donner, c'était tout ce qu'il avait pour se nourrir jusqu'au soir ; mais il ne se demanda pas si plus tard la faim ne le ferait pas cruellement souffrir, et, lorsqu'il eut perdu l'étranger de vue, il prit sa flûte et se mit à jouer.janvier2012_002
Le soleil arriva au milieu de sa course. Midi ! Ses rayons ardents brûlaient la plaine ; les brebis, le chien, s'étaient couchés sur l'herbe, assoupis : l'enfant jouait toujours. A la longue, pourtant, son gosier se dessécha ; il dut s'arrêter ; au reste, aurait-il eu la force de continuer, lui qui, depuis de si longues heures, n'avait pris aucune nourriture ? Cependant, il ne regrettait pas sa charité, et, sans un soupir, il tira sa gourde d'eau claire. Au même instant, une main se posa sur son épaule ; l'enfant tressaillit : un homme était à côté de lui, voûté par l'âge, à l'aspect sévère et triste. D'où venait-il ? Quand était-il arrivé ? Le chien n'avait pas aboyé, le pâtre n'avait rien entendu.
"J'ai soif ! dit avec tristesse l'étranger en regardant fixement l'enfant.
- Voici ma gourde, buvez !" répondit Isaac sans songer à lui et à la soif cuisante qui le brûlait.
Le vieillard saisit la gourd et but l'eau qu'elle contenait ; puis, silencieux, il reprit sa route, tandis que le petit berger, défaillant, se laissait tomber au pied d'un arbre, sans une pensée mauvaise contre ces hommes, à qui il avait sonné tout ce qu'il possédait.
Et l'astre majestueux descendit sur l'horizon ; les heures s'écoulèrent, et l'ombre du soir s'avança lentement. Et, comme l'enfant se levait et rassemblait ses brebis pour les reconduire au bercail, il aperçut dans la plaine un homme qui' s'avançait vers lui ; il semblait plus malheureux et plus sombre encore que les deux autres : un bâton noueux soutenait ses pas chancelants, sa longue barbe, inculte et blanche, tombait au milieu de sa poitrine ; sous son grand manteau percé, il tremblait de fatigue, de misère et de froid.
"Je suis pauvre ! murmura-t-il en s'approchant.janvier2012_004
- Hélas ! répondit le pâtre, je ne possède rien, moi non plus, et mes parents ne possèdent rien au monde.
- Ces brebis, dit le vieillard, ces brebis ne sont-elles pas à toi ?
- Elles sont au maître qui me les a confiées, répondit Isaac.
- Qu'importe ! reprit l'étranger. Laisse-moi emmener une de ces brebis.
-Je ne livrerai pas le dépôt qu'on a confié à ma garde, répondit le berger d'une voix ferme, et ce troupeau n'est pas à moi. Mais je me donne à vous : emmenez-moi, vendez-moi comme esclave, et vous serez riche alors.
- Viens !" dit seulement le voyageur.
L'enfant fit à son chien le signal du départ, et la bonne bête se mit en route de son côté, reconduisant le troupeau de brebis par le chemin accoutumé.
Isaac suivit l'inconnu auquel il venait de donner sa liberté ; les larmes lui vinrent aux yeux en songeant à ses parents qu'il ne devait plus revoir, mais il ne regretta pas ce qu'il avait fait. Et il marchait à travers la nuit, derrière son maître silencieux.
janvier2012_001La route fut longue ; et déjà les premières lueurs de l'aube nouvelle venaient de blanchir le ciel, lorsque les deux voyageurs arrivèrent à la ville sacrée, Jérusalem. Le vieillard pénétra dans une maison somptueuse, et l'enfant le suivit, ne sachant ce qu'il allait adevenir de lui ; puis son guide ouvrit une porte et lui fit signe d'entrer, et Isaac pénétra dans une vaste chambre, dallée de marbre, aux murs ornés de magnifiques peintures : l'étrange voyageur avait disparu.
Au même instant, Isaac aperçut sur une table de bronze son pain et sa gourde ; en face de lui, les trois vieillards étaient debout, et leur taille s'était redressée ; une lumière mystérieuse se répandait autour d'eux ; devant eux se tenait un homme, jeune encore, au visage souriant et bon. Et celui-là, Isaac le reconnut, car il l'avait vu déjà : c'était le Christ.
Tandis que l'enfant joignait les mains, ébloui, le Christ parla :
"Tu as donné ton pain à l'affamé, dit-il, ton eau à l'altéré, ta personne au pauvre : béni sois-tu ! Et ce que tu as donné te sera rendu au centuple, parce que tu n'as point hésité à le donner. Pour ton pai, je te donne cette demeure ; pour ton  eau, ces richesses ; pour ta personne, la liberté : car la charité a été agréable à Dieu, qui te bénit entre les justes."
L'enfant s'était prosterné ; lorqu'il releva la tête, le Christ et ses compagnons n'étaient déjà plus là. Au même moment, les vieux parents pénétraient dans la riche demeure, éperdus de joie, et serraient dans leurs bras leur fils bien-aimé ! Et tous trois jurèrent de secourir le pauvre et l'orphelin, de réconforter le malade, de consoler l'affligé et la veuve, tandis que, de leurs coeurs, lentes et graves, la reconnaissance et la prière s'élevaient aux cieux.

Auguste BAILLY