Dans un district éloigné d'Irlande, mais où ? je ne m'en souviens plus, était un village appelé Knockgrafton, etkorrigan près du village se trouvaient les ruines d'un vieux château entouré d'un fossé, connu depuis les temps les plus reculés pour être hanté par les fées et les sylphes.
Dans le village de  Knockgrafton vivait un bon petit bossu qui s'appelait Lusmore. Tout le monde l'aimait pour son humeur aimable et joyeuse ; puis la nature l'avait doué de bons poumons et de goût pour la musique.
Un certain jour tout ensoleillé Lusmore était étendu sur le bord du fossé, faisant un somme. Bientôt de douces voix l'éveillèrent, ces voix semblaient venir du fond de l'eau. Il se dit que c'était là le chant des fées, et ce chant était bien simple, rien de plus que "lundi, mardi, lundi, mardi," et toujours ainsi, à l'infini. Lusmore écouta quelques instants, puis il se fatigua de ce refrain, et, saisissant une courte pause, il se mit à chanter lui-même aussi haut qu'il put, mais d'un ton mélodieux : "et mercredi aussi." A peine eut-il chanté qu'ils se sentit emporté en tournoyant au fond du fossé où il vit une grande salle pleine de lutins qui dansaient et chantaient.
Ils répétèrent les mots de Lusmore et vigoureusement chantèrent : "lundi, mardi, et mercredi aussi." Puis, ils conduisirent Lusmore à une place d'honneur et deux des plus forts lutins s'approchèrent, et, avec une scie faite de beurre, ils coupèrent sa bosse, et alors ils chantèrent tous :

Lusmore, Lusmore,
Ne pleure ni ne déplore
La bosse que tu eus,
Sur ton dos elle n'est plus.
A terre voilà qu'elle dort.
Lusmore, Lusmore.

fee027Le petit Lusmore s'aperçut alors avec étonnement qu'il n'était plus courbé en deux comme auparavant, mais qu'il se tenait bien droit et était très grand en se redressant il frappa presque sa tête contre le plafond.
Après beaucoup de réjouissances et de festins, les sylphes se reposèrent de leurs fêtes. Lusmore s'endormit ; et, lorsqu'il se réveilla, il se retrouva sur le bord du fossé. Il se leva, frotta ses yeux, tâta son dos et vit que, bien vrai, il n'avait plus sa bosse. Tout réjoui, il s'en retourna et raconta à tous ses voisins comment il avait dansé et chanté avec les lutins, et comment ils lui avaient enlevé sa bosse.
L'histoire se répandit vite et tout le voisinage vint voir Lusmore et le féliciter de sa bonne fortune.
Maintenant, il y avait un autre bossu de Knockgrafton connu sous le nom de Jack Madden un chenapan de mauvaise mine que personne n'aimait. Sa mère était une vieille sorcière envieuse, qui ne faisait que gémir parce que la bosse de son fils n'avait pas été enlevée comme celle de Lusmore. Elle conseilla à son fils d'aller s'asseoir sur le bord du fossé, et là, bien sûr, il entendit les fées chanter leur refrain avec l'élégante addition de Lusmore : "lundi, mardi, et mercredi aussi."
Alors Jack, qui était aussi dépourvu de goût que de voix, pensa que si Lusmore avait plu aux fées en ajoutant un jour à leur chanson, il pourrait, lui, ajouter tous ceux de la semaine, et, sans attendre une pause, sans s'inquiéter d'aller en mesure, il commence à entonner d'une voix rauque et forte : "Jeudi, vendredi, samedi, dimanche."
Or les fées n'ont pas seulement l'oreille très juste et un goût exquis pour le rythme et la mesure, mais aussi elles ont une aversion particulière du nom du jour du Seigneur. A peine Jack Madden eût-il commencé son insipide vacarme qu'il se trouva emporté et roulant dans le fossé entouré de fées furieuses. Deux des plus fortes, d'après les ordres du chef, prirent la bosse de Lusmore qui était encore par terre, l'appliquèrent sur le dos de Jack Madden, où elle se colla instantanément comme si elle était de cire. Et alors elles chantèrent toutes :t0orsrp4

Jack Madden, Jack Madden,
Tes mots sont très mal venus
Et ton chant bien mal rendu.
Ce château où tu es venu
Attristera ta vie mondaine.
Voilà deux bosses pour Jack Madden.

Aussitôt, elles le repoussèrent à coup de pieds et on le trouva le lendemain matin sur la terre, près du fossé, avec deux bosses au lieu d'une. Telle fut la récompense de l'envie et du mauvais goût.